Le métier de la maintenance de matériel d'espaces verts

La mécanique au service des espaces verts

Le métier de spécialiste motoculture se définit, certes, par la vente mais aussi et surtout par la maintenance des matériels.

La maintenance

Depuis le montage du matériel, son entretien régulier, les petites réparations rapides jusqu’aux grosses interventions, ce sont autant d’activités assurées par nos mécaniciens dans les ateliers qui jouxtent le magasin. Ce qui rend ce métier passionnant, ce sont les contacts, l’autonomie, la polyvalence technique, la diversité et l’évolution de l’homme avec la technologie. La formation des mécaniciens se poursuit, après le cursus scolaire (du CAP au Bac Pro), chez les constructeurs. L’évolution de la qualification des personnels est l’un des atouts majeurs de nos entreprises face à la concurrence.

Les chiffres clés

1 800 entreprises (2 400 points de vente) 11 000 salariés dont près de 6 000 mécaniciens 2 milliards € de chiffre d’affaires annuel 3 millions de machines vendues par an.

Particularité du secteur

Une forte saisonnalité

De mars à juin, c’est la période où se concentre l’essentiel de l’activité de la clientèle et, donc, des ventes et des réparations. En dehors, nos mécaniciens ne sont pas au repos ! Loin s’en faut : l’hivernage des matériels constitue une grosse part des presta-tions vendues. Les matériels sont stockés à l’atelier pour une révision complète. Ainsi, le client sait qu’il pourra en disposer, en parfait état, dès le retour des beaux jours.

Deux types de publics = deux fois plus d’exigences !

Professionnels et particuliers recherchent des ateliers spéciali-sés, des conseils personnalisés, un large choix de produits de qualité et un service après-vente efficace et rapide. La diversité des clients et des matériels, leurs caractéristiques et l'environnement général des parcs et jardins font la richesse du métier. Un même mécanicien peut ainsi travailler successive-ment sur des matériels aux technologies opposées. Ecologie & sécurité. Ces normes contraignent les constructeurs à réinventer continuellement leurs matériels. Ces évolutions accroissent la nécessité d'une formation initiale de qualité comme elles justifient la formation continue des techniciens qui doivent s’adapter aux nouveaux matériels.

Les besoins pour demain

Recrutement de 500 mécaniciens en permanence.